Marcheurs, chapitre 3

Livre audio : "Marcheurs" de Elie Maucourant

posted by
Marvin
published

Voici la prochain épisode du livre audio ! Lors de son passage chez son informateur, le prête maronite Charbel, ce dernier invite notre Marcheur à aller à la rencontre de ses congénères lyonnais. Il se rend alors dans une salle de concert où il apercevra trois d'entre eux pour la première fois : Guillaume, Jean et Auguste.

Audio and transcript

× Sorry, you need to log in to see the transcript...

Je descendis à l'arrêt Gare de Vaise, laissant ces gens à leur grise routine. Je pris la sortie Place-de-Paris et suivis la longue avenue qui menait aux entrepôts d'un pas rapide. L'air était humide et, malgré le froid mordant, j'avais chaud. Je traversai au rouge, évitant de justesse un camion aux carénages rouillés. Après un moment, j'arrivai enfin à destination. La pancarte du Lyon's Hall pendait sur le côté, retenue par un gros clou. Il fallait que je me change les idées.

Un son grave tonnait de l'entrepôt. Je me présentai à l'entrée – une petite fente de lumière sur le côté de l'édifice. Je payai. Un type tatoué, le crâne rasé, rangers et treillis de mise, me rendit la monnaie et frappa ma main d'un tampon. Je m'engageai dans le couloir, les oreilles gonflées par le son du concert, puis je me jetai dans la fosse.

Ce soir, c'était un concert de reprise. Meshuggah. Rational Gaze, explosait dans la salle. Des types aux cheveux longs et crades « headbanguaient ». Leurs tignasses montaient et descendaient en rythme dans un tonnerre de poussière et de sueur. On me bascula, le pogo s'emballait. Je me laissai aller à ces coups dans les reins, aux mains et aux torses poisseux contre moi. Je poussai à mon tour, heurtant des armoires à glace au visage crispé par la fureur du son. Un gars, une énorme corne de bière dans la main, leva ses doigts en un signe bien connu, puis hurla. Des giclées d'alcool s'envolèrent. Je regardai ses deux doigts, index et auriculaire tendus vers la lumière erratique de la scène.

Mes pieds glissèrent sur le sol. Je me rattrapai à un type qui avait les yeux fous, le visage perdu ailleurs. Je restai un moment ainsi, oubliant qui j'étais. Oubliant que la veille, j'avais explosé le crâne d'un mec. Qu'en prenant ces vies, je brisais des familles.

Je me tirai hors de la fosse et me dirigeai vers le bar. Straws Pulled at Random avait pris le relais. Je me posai contre le comptoir et constatai que le bar était fait de palettes peintes en noir. Le barman se pencha vers moi.

Ouais ? Me cria-t-il.

Une pinte.

Je te fais ça.

Je me retournai vers la scène. Le batteur était un expert. Il en fallait des couilles pour reprendre du Meshuggah. Le bassiste, un type large d'épaules au menton terminé par un bouc, faisait claquer ses cordes, suivant avec grâce les coups de forçat de double pédale. Les gratteux, la tête cachée par leurs cheveux, s'activaient comme des automates. Pas un pin. Le chanteur, courbé vers la fosse, hurlait comme une bête écorchée vive.

Ta pinte.

Merci.

Je payai puis regardai le public du fond, plus calme, plus concentré. Quelques filles, un peu rondes et pas toutes jolies, se déhanchaient tant bien que mal sur les frappes de caisse claire.

Je remarquai alors à ma gauche, sous la mezzanine où régnait l'ingéson, trois types parfaitement immobiles. L'un d'eux avait une sale tête de fouine. Ses cheveux roux, noués en catogan, révélaient une face moqueuse ; l'autre, un vieux gars sorti des albums métal des années 80, fringué en jean de la tête aux pieds, regardait la scène d'un œil critique ; le dernier, un solide bûcheron aux allures de dieu viking, me fixait droit dans les yeux.

Je restai un moment ainsi, le regard vague perdu vers la scène. De temps en temps, un frisson me secouait de la tête aux pieds. Mon cœur cognait durement contre ma poitrine. Je bus d'autres bières. Les groupes se succédaient, sous les cris acharnés du public.

Je finis ma cinquième bière d'un trait et sortis fumer une clope.

Vocabulary

  • le rouge (ici) le feu rouge, pour le trafic
  • la fosse juste devant la scène, où les spectateurs sont debout
  • "headbanguer" de l'anglais « to headbang », secouer amplement sa tête au rythme de la musique
  • une tignasse chevelure abondante et mal peignée
  • un pogo quand les spectateurs dans la fosse se bousculent intentionnellement
  • une armoire à glace une expression pour désigner quelqu'un de très grand et costaud
  • un bouc quand il n'y de la barbe que sur le menton
  • un gratteux argot pour désigner un guitariste (la guitare est parfois appelée une gratte)
  • l'ingéson l'ingénieur son
  • d'un trait en une seule fois
  • une clope une cigarette
  • fringué(e) argot pour habillé

Exercise

Drag and drop expressions to their correct translations.

quand les spectateurs dans la fosse se bousculent intentionnellement

(ici) le feu rouge, pour le trafic

l'ingénieur son

chevelure abondante et mal peignée

en une seule fois

juste devant la scène, où les spectateurs sont debout

quand il n'y de la barbe que sur le menton

un pogo l'ingéson une tignasse d'un trait la fosse un bouc le rouge
× Congrats, this is the correct order.
× Sorry, try again.